L’Apeideuton de l’Yonne et son « Candide vêtu de probité de lin blanc »

21 octobre 2013
Par

̀

À Apeideuton de l’Yonne, le 9 octobre 2013, Samosate.

L’affaire Cahuzac arrive à son terme, sombre affaire de blanchiment de fraude fiscale imputé à l’ancien ministre socialiste du budget (remarquez qu’il n’est plus nécessaire de chercher dans la souffrance et le labeur une figure de style ou un mot d’esprit. Le monde politique vous offre une antithèse idéologique à chaque coin de rue!). On souhaitait absolument que le gouvernement fût mis en cause dans cette affaire. Il serait intervenu pour entraver et retarder l’enquête. Las ! Le destin est bien souvent cruel et capricieux, le rapport de la commission indique que celui-ci (le gouvernement, pas le destin!) n’est pas impliqué. Cela n’est pas du goût de la droite qui s’érige en bunker moral ( qui peut se le permettre à l’heure de la pâques sarkozienne! Eh oui ! Fidèles ouailles ! Notre Sarkozy est revenu ! Blanchi ! Mais pas ses dix apôtres (1) ! (Oui, j’entends vos taquineries jeunes plaisants ! Voulez-vous m’embarrasser ? Comment cela, qui est Judas ? Eh ! Qu’en sais-je ! N’êtes- vous pas capables de faire vos propres déductions ?)

Jacques Callot, Razullo et Cucurucu, 1622. ou pour une nouvelle typologie de la mascarade.

Vous trouverez dans vos journaux ou dans vos recherches sur internet, toutes les citations de ce « bloc » de droite contre le jugement de la commission dont la plus péremptoire s’étendant dans une longue période alambiquée est celle de Philopseudès s’exclamant : « C’est une mascarade ! », expression même de l’hypocrisie ambiante dans le microcosme politique actuel.

Il est une citation cependant qui est passée inaperçue, à côté de laquelle personne ne s’est pas arrêté, qui a hurlé sa présence comme une Cassandre et qui a été ignorée. Et pourtant ! Mon Dieu, qu’elle était belle ! Pleine d’esprit, de mesure, d’humilité, une leçon pour l’arrogance humaine! Une citation que Madame Christiane Taubira regrettera à jamais de ne pas avoir remarquée. Remettons nous en situation : I-télé diffuse des images de ce « bloc » de droite et passe un très court extrait d’une de leurs interventions devant les journalistes. Nous voyons alors intervenir notre Apaideuton dont les titres sont comme L’Histoire : sans fin. Enarque, diplômé de l’IEP, maître de conférence, bref, bref, bref. Cette intervention fut un soleil. Le thème est celui de la mascarade et tous ces mascarons critiquent le rapport de la commission : Cahuzac ressort blanchi. Une lumière fantastique auréole alors Apaideuton, son regard pétille, rempli de feu-follets, sa langue se fourche et grâce à une sorte d’herméneutique égotique , l’injure sort : Cahuzac devient un « Candide vêtu de probité et de lin blanc ! »

Ah !! Mon très cher Apaideuton de l’Yonne ! Merci ! Un milliard de mercis ! Sachez, Monsieur, que Candide n’a jamais été vêtu de probité et de lin blanc. Sachez, Monsieur, que Candide s’appelle ainsi à cause de son innocence dans le sens de naïveté, c’est un niais pour le dire plus simplement ; Sachez, Monsieur, que Candide est un enfant naturel recueilli par le baron de Thunder-ten-tronckh et que donc sa catégorie sociale le dispense de porter du lin. Et cette ignorance, Monsieur, sachez que je vous la pardonne. Là où vous êtes condamnable et où vous avez éveillé mon ire, Monsieur, mon courroux ou pour vous le dire plus simplement ma colère, c’est cet air de suffisance que vous avez partagé avec vos collègues de ce bunker de droite, salissant, maltraitant, détournant un des plus beaux vers de la langue française appartenant à l’un des plus beau poème qui soit, apologie de l’innocence écrit par le plus grand auteur français connu. Je suppose que l’ayant cité vous savez de qui je veux parler. Sachez, Monsieur, que ce vers a été écrit par un homme politique qui a défendu les plus humbles dans sa grandeur et dans sa majesté sublime. Monsieur, vous avez écorché « Booz endormi » de Monsieur Victor Hugo, ce même Booz qui est « vétu de probité candide et de lin blanc ». Je ne vous ferai pas l’affront de vous faire une explication littéraire sur ce vers : je me sens par trop humble face à tous vos titres et je suppose que vous êtes à même de le faire. Mais après le livre de chevet de votre confrère « Zadig et Voltaire », je pense qu’il est temps que vous révisiez vos classiques pour paraître plus crédibles ou que vous cessiez définitivement de citer des hommes que vous ne valez pas. Utiliser Victor Hugo et l’écorcher pour une affaire si méprisable que l’affaire Cahuzac est simplement indigne . Si vous voulez salir les mots, trouvez les vôtres. Las ! J’oubliais que la verve de ce côté-ci de la droite est assez limitée. Il est vrai que les cris de la poule dans l’hémicycle à destination de Madame la députée Véronique Massonneau risquent de n’être compris que par une partie limitée de la France. Rappelez à votre confrère, Philippe Le Ray, que le coq est seulement le « symbole » de la France et que (j’ose espérer qu’il le comprenne) les habitants de ce pays sont des Hommes et qu’ils ont par conséquent un cerveau un peu plus développé que celui d’un gallinacé. Ainsi, si le langage articulé vous fait défaut, Messieurs, eh bien, par pitié, taisez-vous.

(1) Il reste en effet dix mises en examen. Il est bien dommage que le hasard n’en ai pas mis douze. S’il cherchait bien…

 

Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Fauteuses sur Hellocoton