Le Toxique du mois, fiche technique #1 : le Pervers Narcissique Manipulateur

15 novembre 2010
Par

Ô vous, petites lectrices charmantes qui gambadez dans le monde tel qu’il se présente sans vous méfier du prédateur qui rôde, nous, vos soeurs qui avons morflé par péché de naïveté, avons décidé de vous prémunir des effets néfastes d’une rencontre a priori merveilleuse.

Aujourd’hui, nous allons faire connaissance avec un toxique qui essaie nous faire croire qu’il nous veut du bien, le grand méchant loup en personne, le mal incarné : le Pervers Narcissique Manipulateur.

Description

Physiquement, le pervers narcissique manipulateur n’est pas forcément une bombe atomique. Mais il peut aussi. Parce que, fondamentalement, beau ou pas beau, il a un problème d’image. Grave, le problème. Qui remonte loin et qui s’étend large. On rencontrera bien évidemment des femmes perverses narcissiques manipulatrices, qui se voient comme des thons alors qu’elles sont sublimes. Des hommes PNM qui pourraient poser pour Armani et se reconnaissent pourtant en Danny de Vito. Bref, le PNM se voit comme un pou, qu’il en soit un pour de vrai ou qu’il soit, au contraire, un cerf majestueux qui pourrait bramer au clair de lune et choisir négligemment dans son fan-club de biches en rut qui écartent déjà les papattes arrières.

Dans la tête : il souffre donc souvent de dysmorphophobie [1] et se sent un sous-déchet innommable qui ne mérite pas l’attention qu’on porterait à un prout de chameau dans le silence du désert. Les autres sont toujours plus beaux, plus grands, plus forts, plus minces, et son rêve secret est de se réincarner en Russel Crowe pour s’allonger façon Gladiator et faire baver les filles comme les garçons d’un seul mouvement d’armure.

Pour résumer, le PNM n’a pas reçu assez d’attention de son papa ou de sa maman, ou des deux, il ne s’est pas senti suffisamment beau dans le regard de ses parents pour acquérir une confiance en soi suffisamment costaude pour affronter le monde et lui montrer ce qu’il y a sous le capot.

Le PNM va finir par cultiver un égocentrisme délirant pour compenser cette attention insuffisante et aller la chercher, le couteau entre les dents, là où elle se trouve.

Alors le PNM va compenser. Maladivement. Méthodiquement. Le PNM va bosser pour sortir du lot, il va chercher sa qualité, ce qui le rendra unique, ce qui lui permettra d’exister aux yeux de tous et, surtout, surtout, devenir quelqu’un. Le PNM va finir par cultiver un égocentrisme délirant pour compenser cette attention insuffisante et aller la chercher, le couteau entre les dents, là où elle se trouve. C’est-à-dire chez vous, petites lectrices charmantes qui ne savez rien de la mélasse qui lui tient lieu de psyché.

Et le pendant de cette faille, le problème fondamental qui va se résoudre en gros bobo sur son entourage, c’est que le PNM est tellement concentré sur son nombril, sur ce manque insondable et sur cette angoisse de n’exister pas dans le regard de l’autre qu’il va aller chercher cette attention soutenue à tout prix. Fut-ce celui de faire souffrir comme un chien celui d’en face.

Comment le repérer ?

Pour opérer, notre PNM a d’abord besoin de capter l’attention. Se sentant insignifiant, il va souvent mettre en avant une particularité inattendue – celle qu’il a développée par de longues heures de pratique intensive -, particularité qui surprendra, provoquera même, son interlocuteur : chez la femme, ce peut être des prises de position masculine, une collec de mini-jupes affolantes (car la PNM n’est pas à une contradiction près : elle peut se sentir moche mais adopter la fringue estampillée attentat à la pudeur), un sens du jeu de mot, une sympathie aussi soudaine qu’excessive, chez l’homme, ce sera une série de remarques salaces, un exploit sportif ou une maladresse caféïnée fort à propos qui défoncera votre chemisier en soie [2]. N’importe quoi qui puisse vous faire poser les yeux sur sa personne, n’importe quoi qui fera que, tout d’un coup, il entrera dans le champ des gens que vous regardez. Le credo du PNM pourrait se résumer à Je suis vu, donc je suis.

Mais attention ! Ceci n’est qu’un début. Vous pouvez tout à fait être tombée sur quelqu’un qui veut attirer votre attention avec l’intention fort louable de vous inviter à partager sa nuit ou ses vingt prochaines années, qui a envie d’entrer dans votre cercle d’amis, ou, possible aussi, vous êtes tombée sur un vrai Gaston Lagaffe qui a commis sa bourde du jour. C’est donc là qu’il faut aiguiser votre attention et voir si l’effet est innocent ou parfaitement calculé.

Observez rapidement votre suspect : comment réagit-il à une prise de contact violente ? Voyez-vous la trace d’une satisfaction, même fugace, sur son visage ? Si oui, fuyez. Si vous n’avez rien vu de particulier, restez sur le qui-vive : c’est peut-être un prédateur qui sommeille et qui cache son jeu, ou vous-même êtes trop surprise pour voir ce qu’il y a à voir. Ou trop dans le coltar, le prédateur peut aussi attaquer de bon matin pour profiter du manque de réactivité matinale du quidam lambda.

Le narcissique devient pervers et manipulateur parce que sa fameuse qualité n’est pas assez, ou plus assez, reconnue.

Que cherche le PNM, en réalité ? De l’attention, oui. Mais cela, tout le monde le recherche. La différence, me direz-vous ? Et bien, c’est votre attention maximum, couplée à l’attention maximum de TOUS les gens qu’il pourra croiser. Et celle des animaux aussi. Et celle des meubles, si c’est possible. Le PNM veut être le centre de l’attention générale et va pour cela tenter de séduire tout ce qui bouge ou ne bouge pas – l’attention d’un paralytique l’intéresse aussi, oui. Mais attention ! Ce n’est pas Madonna. Il y a une base commune, mais Madonna, elle, est une narcissique qui a réussi : son égo est tellement surdimensionné que la Cathédrale de Saint-Denis ne suffirait pas à la contenir, mais le besoin de manipuler est moindre, puisque son travail acharné et l’emploi répété de « Motherfucker ! » envers tout ce qui lui gêne le passage lui ont assuré une reconnaissance internationale. Quelques stades de foots remplis à craquer de fans qui hurlent votre nom en pleurant doivent sans doute suffire à vous remonter le moral. Mais attention : le narcissique devient pervers et manipulateur parce que sa fameuse qualité n’est pas assez, ou plus assez, reconnue. On peut parier que Louise Ciccone deviendra une vieille dame encore plus odieuse que ce qu’elle est maintenant, quand la pente sera devenue tellement glissante que ses muscles hypertrophiés ne pourront plus assurer le spectacle.

Mais revenons à notre PNM de base. C’est un frustré : il n’est pas Madonna, alors il va vous le faire payer. Inconsciemment ? Pas tant que ça. Pour mettre en place ses stratégies de manipulation, le PNM réfléchit et joue avec vous comme avec un pion aux échecs. Ou un cavalier, si vous vous défendez mieux. Mais de toute façon, il y a huit chances sur dix que vous finissiez mat, tant le PNM a la capacité de vous faire aller là où il veut et de réunir les autres pièces contre vous. Attention aussi : plus vous avez une qualité socialement reconnue – vous êtes jolie, drôle, intelligente, avec de la conversation, voire tout ça en même temps (prétentieuse, va !) -, plus vous l’intéressez. Plus l’objectif est difficile à atteindre, plus le trophée fera bien sur la cheminée. Demandez un peu au cerf qui orne le mur de Tonton Jacquot.

Schéma type :

  1. Prise de contact : le PNM capte votre attention et vous jauge. Comment va-t-il pouvoir vous mettre sous sa coupe ?
  2. Entreprise de séduction : le PNM vous enjôle et vous complimente, et vous, naïve petite chose, pensez que c’est votre charme délirant qui l’a attiré vers vous. Que nenni : le PNM flatte la bête pour la mettre en condition. Ou bien vous êtes une réticente : c’est encore pire. Il va vous provoquer parce que votre rejet l’excite.
  3. Il se rapproche de vous, et, au bout de quelques heures ou quelques semaines (selon le degré de réticence évoqué plus haut), vous amène à faire des confidences et vous en fait lui-même. Soyons clairs, cette création de l’intimité est complètement factice, puisque le PNM peut mentir sans bouger d’un cil, rodé qu’il est à capter l’attention par TOUS les moyens possibles. Donc oui, il a peut-être perdu sa tante Berthe, mais contrairement à ce qu’il vous dit, cela ne l’a pas tant affecté que ça, vu que personne ne l’a revue depuis qu’elle s’est installée en Australie en 1967.
  4. Et c’est maintenant que ça se joue : vous êtes en confiance, vous pensez pouvoir vous laisser aller avec cette personne, et vous dites ou faites quelque chose qui vous touche profondément. C’est comme un cadeau qu’on fait pour sceller l’alliance, une faille qu’on expose pour dire à l’autre « Vois, je livre mon âme, soyons amis. »

C’est à partir de maintenant que le PNM peut frapper. Subtilement, tout en douceur, insidieusement même, le PNM va commencer par faire remarquer que vous ne faites peut-être pas ce qu’il faut / comme il faut. Un petit rien, mais il va créer le doute en vous, et pire, le doute SUR vous. La force du PNM est de vous déstabiliser, de vous délester de votre confiance en vous, de vous mettre petit à petit en position de faiblesse et c’est au premier mouvement dans ce sens qu’il faut fuir. Si vous ne le faites pas, le PNM va creuser ce doute, l’élargir, en faire un trou béant où vous ne serez plus que l’ombre de vous-même, complètement attaché à son avis comme un morpion sur la chatte d’une pute à 10 euros [3].

J’exagère ? Allez dire cela aux femmes écrasées psychologiquement par leurs maris qui, sans leur mettre une pitchenette, parviennent à les faire se sentir moins qu’une fiente de pigeon. Allez dire ça aux types qui ont dépensé la totalité de leur pognon pour des petites garces pleurnichardes qui les ont plantés dès qu’elles ont trouvé un meilleur parti. Allez dire ça aux employés harcelés par un petit chef qui ne rate jamais une occasion de leur expliquer sur un ton doucereux qu’ils ne valent rien. Vous pensez que ces personnes étaient plus bêtes que vous ? Pas du tout. Elles n’ont juste pas vu venir le prédateur.

Pourquoi se fait-on avoir ? Parce que le PNM n’attaque jamais en frontal mais bien en loucedé, par derrière, avec douceur et hypocrisie. Ce qui fait qu’on ne voit jamais le coup venir, car s’il vous met un coup, c’est avec l’assurance que vous ne pourrez pas le rendre et que celui-ci vous aura suffisamment sonné pour vous laisser à terre un bon moment. Le PNM n’est pas un grand courageux, vous l’aurez compris.

Mais même dans ces cas-là, pris en flag, ce n’est pas sa faute. Nan nan nan nan nan, mettez vous bien en tête que ce n’est pas sa faute, jamais, c’est toujours celle des autres, et si possible, la vôtre. Exemple typique du conjoint trompé qui se prend en pleine poire « Oui, mais c’est de ta faute si je t’ai trompé(e) ! » Et toute la communication de couple à la con des magazines féminins qui le confirme : culpabilise : petit(e), tu es cocu(e) mais tu l’as cherché !

Ou alors, vous prenez tout mal. Ah oui, quel caractère vous avez, quelle rancune, quel manque de compréhension et d’empathie, c’est pas possible d’être aussi borné ! Et oui, car le monde entier trouve que le PNM est une pauvre petite chose qui souffre, qui est si mal, et vous reprochera d’avoir une réaction complètement disproportionnée à propos de… A propos de quoi, d’ailleurs ?

Et oui… L’autre force du PNM est d’agir sur des leviers tellement vagues que vous avez du mal parfois à formuler ce qui vous a déplu. C’est un cumul de petites choses, un ensemble d’éléments désagréables, dont la somme révèle une véritable entreprise de destruction de l’autre, mais qui sont difficilement énonçables séparément.

Mais pourquoi vous détruire, alors qu’au départ il ne semblait vouloir que votre attention ? Parce que le PNM a deux problèmes avec vous: votre manque d’attention à son égard, on l’a vu, mais aussi votre confiance en vous. Celle qu’il voit en vous le renvoie à son propre complexe d’infériorité. Et comme nous ne sommes pas des blocs de confiance, il suffit de trouver la faille, l’endroit où cette confiance fait défaut, et d’aller y insérer un scalpel bien aiguisé. Une fois, deux fois, dix fois. Et ça finira par craquer.

S’il veut vous séduire, il détruira votre estime de vous-même pour avoir votre attention. Mais une fois qu’il l’aura, le challenge ne sera plus, vous n’aurez donc plus d’intérêt pour lui. Vous serez à ce moment-là complètement sous sa coupe et désespéré(e) de le voir s’intéresser à une nouvelle proie qui lui résiste encore.

Le but est de vous détruire socialement en vous faisant passer pour une personne détestable

S’il sent, par contre, que vous échappez totalement à son contrôle dès le départ, il y a de grandes chances qu’il tente, s’il en a la possibilité (au boulot, par exemple) le travail de sape avec l’entourage. Le but est de vous détruire socialement en vous faisant passer pour une personne détestable – voire physiquement s’il est complètement psychopathe (cf le crime passionnel type du gars qui tue sa femme qui ne sera ainsi ni avec lui, ni avec l’autre).

Les signes

Concentrons-nous sur les effets de ce toxique et la réalité de sa situation pour tenter de lui échapper, ou de s’en débarrasser si nous en avons déjà un dans notre entourage :

  • le PNM est mielleux, doucereux, soucieux de plaire à tout le monde (version petit bras, souvent féminin) ou, au contraire, très provocateur (version gros pou qui n’a pas d’autre option pour attirer l’attention)
  • le PNM s’incruste dans les conversations, essayant d’attirer l’attention à lui
  • le PNM s’incruste tout court, y compris quand il n’est pas le bienvenu, comptant sur la bonne éducation des gens pour entrer tout de même. Une fois dans la place, il joue de la flatterie pour se faire accepter.
  • Le PNM fait des confidences où il arrange la vérité le concernant : les choses sont toujours un peu plus terribles dans son discours que dans la réalité. Enfin, quand ça le concerne. Parce que quand il rapporte quelque chose vous concernant, il aurait plutôt tendance à minimiser ses propos ou ses actes, ainsi que l’impact qu’ils ont pu avoir sur vous.
  • Le PNM vous fait poireauter. Il est toujours en retard, voire absent, et vous perdez votre temps pour rien.
  • Le PNM, après quelques temps, oublie quelque chose de très important pour vous : quelqu’un est malade dans votre famille, vous venez de perdre votre chien, vous venez d’arrêter de fumer… Et il dit ou fait le truc à ne pas faire, qui vous blesse profondément. Quand vous lui dites, il est confus, s’excuse, s’en veut terriblement. Il recommence bien entendu peu de temps après.
  • Le PNM déstabilise son interlocuteur avec des remarques perfides, mais dites sur le ton de la plus grande naïveté (cf les phrases qui doivent faire tilt).
  • Le PNM déstabilise son interlocuteur en soufflant le chaud et le froid : la douche écossaise est une arme majeure de son attirail. Alors qu’il était sympa la veille, le voilà froid comme un glaçon le lendemain. Si on est un peu atteint déjà, la question immédiate est : « Qu’est ce que je lui ai fait ?! »
  • Le PNM déstabilise en usant généralement d’ironie, ses paroles sont rarement gentilles, le compliment est rare et souvent assorti d’une vacherie qui lui fait perdre toute valeur.
  • Le PNM compte beaucoup sur votre autodérision et s’étonne que vous vous mettiez en colère quand il abuse, prenant toute la salle à témoin qui confirme que, oui, oui, vous n’avez décidément pas d’humour.
  • LE PNM semble d’ailleurs avoir un don pour repérer le moment où vous êtes au plus mal et vous enfoncer encore plus. Sans le faire exprès, bien sûr.
  • Le PNM ne le fait jamais exprès de toute façon. D’ailleurs, il n’a rien fait, qu’est-ce qui vous prend ?
  • Le PNM joue beaucoup sur votre culpabilité : comment ne pouvez-vous pas comprendre qu’il s’en veut ?! S’il le faut, il fait également intervenir de tierces personnes pour vous faire comprendre à quel point il souffre. Si c’est une femme, elle pleure beaucoup, si possible en public.
  • LE PNM ne manque jamais une occasion de remettre en question vos capacités / vos compétences : sa phrase préférée est toujours « Mais tu es sûr que tu peux… ? »
  • Le PNM n’est jamais vraiment encourageant, la moindre trace de soutien est accompagnée d’un listing des difficultés à affronter qui va vous démoraliser, voire vous faire abandonner.
  • Le PNM ne vous dit jamais directement quelque chose pour votre bien, il minimise ce qui a des effets néfastes sur vous.
  • Le PNM est souvent quelqu’un que l’on plaint, qui n’a pas de chance, qui ne s’en sort pas, mais qui, bizarrement, se retrouve souvent pris en charge et qui, à l’arrivée, obtient beaucoup de choses. Plus que vous, d’ailleurs.
  • Globalement, en présence d’un PNM, vous ne vous sentez pas à votre aise. Depuis quelque temps, quelque chose vous gêne aux entournures, vous n’avez pas très envie d’y aller, et pourtant vous n’avez rien de concret à lui reprocher. Situation très gênante, surtout quand le PNM fait partie d’un groupe que vous côtoyez : comment expliquer qu’on ne peut pas encadrer une personne que tout le monde trouve gentille ?

Les phrases qui doivent faire tilt

On commence à se méfier quand on entend :

  • « Oh la la, je sais pas comment tu fais, moi, j’y arriverais jamais ! » quand on s’apprête à attaquer un gros truc qui nous fait flipper.
  • « Tu es sûr que tu peux faire ça ? C’est pas trop ? », toujours sur un gros truc qui nous fait flipper.
  • « Oh, j’aime beaucoup ce rouge que tu portes ! Mais ce n’est pas un peu trop décolleté pour un premier RDV ? » alors qu’on est juste passé prendre un café avec elle pour se rassurer.
  • « Je suis désolé, je t’avais dit de rappeler, mais je n’ai pas entendu le téléphone » alors qu’on a appelé quatre fois à l’heure prévue.
  • « Si tu savais comme je m’en veux… »
  • « Ce n’est pas ma faute, je ne l’ai pas fait exprès ! »
  • « Je suis désolé, j’ai oublié… »

On coupe toute relation quand on entend :

  • « Tu as pris huit kilos ? Mais ça ne se voit pas du tout ! Tiens, reprends des carbos ! »
  • « Tu n’y arriveras pas, c’est pas possible, tu en es incapable ! »
  • « Tu es complètement parano ! »
  • « Mais c’est faux ! », en public surtout, alors qu’on sait pertinemment que c’est vrai.
  • « Je te demande pardon », la deuxième fois. Parce que tout le monde a droit à une deuxième chance, mais pas à trois.

Système de défense

  1. Si vous en avez la possibilité, fuyez le PNM comme la peste. Mais si, pour une raison X ou Y, vous êtes amené à le côtoyer, adoptez une stratégie d’évitement, ne lui parlez pas, ignorez-le. Tant qu’il ne vous menace pas, pas la peine de se fatiguer. Adoptez le regard transparent et glissez sur lui comme l’eau sur les ailes d’un pingouin.
  2. Si le PNM fait dans l’insidieux, attaquez. Prenez le contre-pied de sa technique, posez des questions claires là où il est flou, rentrez-lui dedans, obligez-le à dévoiler son jeu et à mettre cartes sur table. Vos questions préférées à son endroit : « Mais tu veux dire quoi exactement ? » ou « Qu’est-ce que tu proposes à la place ? ». Attendez, insistez. Ne vous laissez pas embarquer dans des discussions fumeuses : revenez à la base. Soyez direct quand il est volontairement vague : il devrait battre en retraite assez vite et chercher une autre proie.
  3. Soyez francs : annoncez clairement que vous ne pouvez pas l’encadrer, sans forcément expliquer pourquoi, tant pis si vous passez pour une caractérielle. N’argumentez pas, ne le démontez pas, laissez faire, mais ne renouez aucun contact avec lui. Les autres prendront cette information en compte et se poseront – peut-être – les bonnes questions.

Ne cherchez pas, bonnes gens, nous sommes dans le règne des Pervers Narcissiques Manipulateur, mais nous pouvons nous en défendre. Comme disait ma grand-mère : « Méfie-toi des gens dont on dit toujours le pauvre ou la pauvre… Ils en obtiennent beaucoup plus que toi. »

Bonne route, et regardez derrière vous.

[1] Dysmorphophobie : crainte obsédante, à tort ou à raison, d’être laid ou malformé.

[2] Ou le combo des trois, testé pour vous, le chemisier est décédé.

[3]  © Dilettantus, Ma vie, mes fouets Ed. Du Trouble, 2010

Photographie : Luise Yagreld

Les toxiques du mois :
fiche technique #3 : le paranoïaque larvé
fiche technique #2 : le Père Sur-autoritaire

Tags: , ,

41 Responses to Le Toxique du mois, fiche technique #1 : le Pervers Narcissique Manipulateur

  1. candy
    16 janvier 2017 at 2 h 55 min

    Bien écris ce post sur les pervers narcissiques (sociopathes) avec un second degrés aussi car finalement c’est malades sont ridicules et des handicapés puisqu’ils ont aucunnes intelligences émotionnelles.Ils sont obligés de mimer la vie les émotions de tristesse de joie alors qu’ils ne ressentent rien .Jouer constament des rôles,calculer …Et essayer de détruire (manipuler jouer)avec une ou plusieurs victimes pour pouvoir exister se sentir vivant.c’est pathétique ils sont incurables j’en ai rencontre plusieurs je prend assez rapidement mes distances et si ça se confirme je coupe les ponts.ils sont des mythomanes et pleurnicheurs oui méfiez vous des pleurnicheurs qui vous font du mal .Être souffrant et sadique sa demande une énergie que n’a pas un vraie être humain qui souffre.par contre vous quand vous allez mal bizarrement ces malades sont toujours absents pour vous .C’est logique ils ont pas d’empathie vous êtes que des jouets pour eux .Ne perdez pas de temps pour ces gens qui se foutent de vous,vous mentent,vous dévalorise,vous critique,vous juge.les personnes qui vous aiment ne vous détruisent pas mais vous encourages et sont bienveillants.Ils veulent juste des fans ,des serviteurs.. L’humanité,l’amour,l’amitier,le respect la coopération pr eux se sont que des mots ils aiment personne sauf eux mêmes .
    Jettez les de votre vie et ne tenez pas compte de leurs paroles des jeux d’acteurs tout est factice .Ils sont jaloux que nous on est la vie et l’amour en nous c’est pour cela qu’ils nous détruites puisqu’ils sont incapables de construites quoi que se soit .Être mort mais vivant biologiquement c’est effrayants !!!
    Des morts vivants !!!
    Ils iront consultés si on arrête de les aider et de toujours leurs trouver des excuses !!!
    Et je rappelle qu’une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de leurs compagnons,ces hommes qui tuent par les mots,tuent aussi par la violence !!!!
    Peace et amour à tous !!!

  2. Marie
    12 janvier 2017 at 5 h 02 min

    Bonjour à tous, je viens tout juste de sortir il y a deux semaines d’une relation avec un pervers narcissique. C’est très dur, je n’ai pas encore les épaules pour lui dire non si jamais il revenait. Je suis restée 4 ans avec lui puis j’ai fui 1 an et après un an pensant qu’il avait changé j’ai réessayé durant 1 mois. Il ne lui a fallu que ce laps de temps pour détruire tout ce que j’avais réussi à reconstruire durant notre année de séparation voir plus. Je me demande toujours comment j’ai pu me faire avoir comme ça moi qui est un des plus fort caractères de la famille. Ici c’est lui qui m’a laissé après 1 mois car il ne m’aimait plus, il ne me l’avait jamais faite celle là. J’espère sincèrement qu’il ne reviendra jamais vers moi car je suis faible face à lui je le reconnais désormais

  3. Celia
    20 novembre 2016 at 23 h 39 min

    Les témoignages ci-dessous datent un peu, cependant j’ai bien envie de témoigner moi aussi ! Ah le PN que je me suis coltiné !!!Vous avez raison, ce genre de type , on ne se serait jamais retourné sur lui ! Bon, suis tombé dans ses filets quand même… Tellement ils n’ont rien pour plaire qu’ils usent d’une stratégie hyper dingue pour arriver à leurs fins ! Et nous on croit que le type doit ètre vachement amoureux ! Bref, on sent bien qu’un truc tourne pas rond ! Même que quand ils nous embrassent, on trouve qu’il a mauvaise haleine !!! Faut vraiment qu’on soit omnibulé ! Peut-ètre qu’on se dit que le pauvre, y’a pas que ça qui compte… L’haleine ! J’ai eu honte pour lui dans plein de situations, qu’à sa place je me serais cachée dans un trou de souris !!! Mais pas lui ! Ce genre de type n’imagine même pas à quel point il a l’air cloche et pitoyable !!! Alors bizarre, qu’est-ce qui fait qu’on continue de lui trouver des excuses ??? Aujourd’hui, je n’en ai plus,d’excuses ! Il me fait marrer tellement il peut ètre ridicule et bien souvent je le regarde avec des yeux ronds, et de lui jeter « t’es chtarbé ! » Quand il m’énerve au plus haut point, je le jette, je le bouscule et je me tire !!! La dernière fois, j’en ai ris pendant des heures car en faisant mes valises, j’ai réclamé sa voiture ! Lui qui me disait sans arrêt que SA voiture était aussi la mienne, a ouvert des yeux de merlans frits en me hurlant « Tu veux que je te passe ma voiture pour que tu te tires ??? »… J’ai confirmé et je suis parti avec SA voiture !!! Je le vois encore se jeter à côté de la portière faisant son cinéma !!! Bref, c’est dans les heures qui suivent que généralement il redevient un amouuuuur, qui se met à tout comprendre… Sauf le mal qu’il a pu faire ! Alors je reprends du poil de la bête, je prends du temps loin de lui, des forces et de la joie de vivre, pour pouvoir l’affronter à nouveau ! Il entretient le truc par tel, sms etc… et même cadeaux par colis postaux avec un gros « je t’aime » à l’intérieur ! Je ne l’aime plus, depuis longtemps je crois, je me suis faite à cette idée et quand on est ensemble, je ne vis pas avec lui, je vis à côté de lui ! C’est la seule solution pour qu’il ne m’atteigne pas ! Parfois, il me fait de la peine mais comme en général, je le regrette trés vite, je ne m’apitoie plus ! Je reste de marbre, insaisissable, inaccessible comme il dit si souvent ! Généralement, je lui réponds que c’est bien pour ça qu’il m’apprécie !!! Cela ne l’outre absolument pas ! Le bon côté c’est que finalement avec ce type, si je ne me laisse pas aller aux sentiments, on se marre bien ! Il ment tellement qu’il se perd dans ce qu’il dit ! J’aime bien le lui faire remarquer avec un sourire cynique… Ca le plombe et c’est un des rares moments où je le vois s’enliser… J’adore ! C’est une petite vengeance (pas méchante, je n’aime pas la méchanceté !). Mais bon, il faut quand même bien que quelqu’un lui rappelle ce qu’il est !!! Au début, il me disait se sentir moins bien que moi… Du coup, je faisais tout pour le remonter sur un pied d’estale tellement ça me faisait peine ! Aujourd’hui, je lui dis que oui, franchement c’est normal qu’il se sente moins bien que moi, parce-que je suis au top !!! Voilà, il faut garder confiance et ne jamais devenir son ombre !!! Parce-que c’est ce qu’il cherche, que vous soyez dans son ombre et même que si on se faire écrasé, on devient l’ombre de soi-même ! J’y suis passé ! Alors que j’étais une nana sure de moi, joviale, attirante et pleine de vie ! A ses côtés, j’ai fait une plongée vertigineuse au fond du gouffre, étapes par étapes malgré mes batailles contre lui ! Et je peux vous dire que je l’ai envoyé valdingué plus d’une fois ! Mais on glisse tout de même vers le fonds, à force de batailles ! On doute aussi ! Puis ce qui m’a définitivement fait remonter à la surface, c’est quand il a commencé de parler à mon chien… Comme à un chien ! Méchamment, toujours, le considérant comme un tapis qui ne devait pas bouger ! Je me suis retourné sur ce type et calmement lui ai bien spécifié qu’au prochain haussement de ton, ça se passerait trés mal, pour lui ! Ça a été déclencheur ! Je le vois tel qu’il est ! Même prés de lui, « je ne rentre plus » ! Et je ne le laisse pas rentrer, je reste vague, floue, je l’ignore, je souris, je ris, je fais comme s’il était un sale gamin qu’il faut parfois remettre à sa place, soit en le prenant entre quatre yeux pour lui expliquer la vie, soit en le grondant vraiment et fermement ! Ça marche ! S’il ose me faire une remarque désagréable, il sait qu’il y aura des retombées ! Je ne laisse RIEN passer ! Fatiguant, me direz-vous ! Moins que quand j’étais dans le doute et complètement déphasée de toute part ! J’ai perdu des années avec lui, je me suis sentie vieille et laide !Si je le laissais encore faire, j’aurais cent ans demain !!! Mais non, je fais tout pour ètre jeune, belle, dynamique, amusante et amusée ! Je m’intéresse à plein de choses (même des trucs qui ne m’intéressaient pas vraiment avant) et je m’ouvre vers l’extérieur, le laissant lui, pantois, sur sa petite planète que je nommerais « je suis un gros tocard » !!!

  4. Pandore
    10 juin 2016 at 5 h 09 min

    J’ai vécu 2 ans avec un PNM.2 ans de coups bas, de tortures psychologiques, de mensonges,d’espoirs déçus.Egocentrique, lunatique, prétentieux, asocial,un monstre de cruauté, ne sachant rien faire de ses 10 doigts, ne s’intéressant à rien, n’appréciant rien.Parano, amorphe,il m’a fait vivre l’enfer.il m’a trompé avec des hommes,à saboté une procédure d’adoption,conservait la robe de mariée de son ex-femme dans un placard(comme une relique),il me tenait dans un chantage affectif permanent. Je l’ai fuit en août 2015,en dénonçant sa vraie personnalité et ce qu’il m’avait fait endurer.A sa mère, à mes ami(e)s, à ses connaissances.Et depuis, par vengeance, il à porté 16 fois plainte contre moi.Pour harcèlement, dégradations….Les gendarmes m’ont conseillés de le laisser faire, en attendant qu’il se trouve une nouvelle proie !!! Incompréhensible…il peut continuer à me pourrir la vie à son aise.Je tiens à vous dire qu’il est aide médico-psychologique dans un centre de personnes handicapées mentales et physiques.Un comble et une aberration pour un être si vicieux, méchant et toxique !!!!!

  5. Albert
    16 mars 2016 at 19 h 21 min

    J’ai beaucoup de point communs avec ce genre de personne, j’ai besoin de beaucoup d’affection ayant eu peut de copine, je me trouve moche. Et j’ai tendance à m’excuser très souvent et à revenir sur ma parole. Et je n’aime pas attirer l’attention d’autre personnes. Quand je me prend la tête avec ma copine, je sort certaine fois des choses pas chouettes sous l’effet de la colère mais je sais admettre mes tors. Elle en revanche peut ce permettre d’être mauvaise humeur, etc parce qu’elle a des problèmes cardiaques et veut contrôler pas mal de chose dans ma vie. Je décide de faire mes études loin de chez moi pour être avec elle, et fait beaucoup de compromis pour elle mais elle me dit qu’elle en fait beaucoup plus pour supporter ma mauvaise humeur matinale et à chaque fois ressort le problème de sa maladie cardiaque que ma mauvaise humeur de certains matins semble faire empirer. Elle me donne l’impression d’être ce genre de personne alors j’aimerais savoir si je suis vraiment égoïste malgré l’affection que je lui donne, le plus souvent c’est moi qui prend l’initiative au lit et quand je lui reproche de ne pas le faire et de me donner peut d’affection,elle me dit que je suis pas une femme et me rabache que je suis égoïste. (Je lui fais des caresse pendant des heures mais quand je râle de ne pas en avoir ou à peine pendant 15minutes elle s’énerve et m’insulte) Donc j’aimerais savoir si j’ai un manque d’affection réel ou si je la culpabilise juste et fais partie des pervers narcissiques? Sachant que je me remmet souvent en question alors qu’elle non. Merci.

    • Judy
      16 janvier 2017 at 21 h 16 min

      C’est une relation nocive pour les deux parties impliquée, c’est une question de compatibilité, dès le départ.
      Si vous tenez à progressez
      Option A: prenez votre situation nocive comme une épreuve (et oui rien n’est facile dans la vie), il serait plus salutaire de prendre du recul des deux cotés, couper tout contact pendant 6 mois, afin de travailler sur l’estime et la confiance de soi de chacun. Et recommencer à zéro sans bruler les étapes ( comme si que vous veniez de vous rencontrez). «Nous tombons amoureux par chance. Nous restons amoureux par choix.»

      Option B: suivre le conseil d’Aznavour:
      Il faut savoir quitter la table
      Lorsque l’amour est desservi
      Sans s’accrocher, l’air pitoyable
      Mais partir sans faire de bruit
      Et de faire cette séparation quelque chose de constructif dans ta vie, soit de prioriser les études(bucher et viser les meilleures notes, soit le 100%)et la croissance personnelle.

      Option C: Méthode nord américaine, met la enceinte, le but est que l’arrivée d’un petit être innocent va éteindre, comme par magie, les tensions dans le couple. Lorsque bébé aura 3 ans vous le transformerez en dommage collatéral dans votre fameuse guerre de garde exclusive, parce ce que vous ne pouvez plus vous supporter la tronche, n’oublies pas qu’un des deux parents est un PNM, l’autre voudra à tous prix protéger le ou la petit(e)…ce sera finalement une catastrophe spectaculairement grandiose.

  6. Bruno
    8 mars 2016 at 18 h 40 min

    Bonjour,(seuls les prénoms ont été changés…)
    Elle est belle, elle voulait se marier, avoir une fille avec moi qui aurait été la petite sœur de ses deux enfants (Paul et Hugo, les plus merveilleux du Monde…la réalité étant tout autre : deux petits monstres refusant toute frustration comme leur mère !). Gaëlle ne laissait pas les hommes indifférents…son conjoint lui faisait mal quand il lui faisait l’amour, il était intellectuellement limité…tout mon contraire d’après ses dires ! J’étais son pygmalion, son âme soeur, l’être qu’elle recherchait depuis toujours, elle voulait faire l’amour à l’endroit même où dormait son compagnon, pour l’humilier ! En quelques mois, la situation a dégénéré, j’ai tout quitté pour elle, je suis devenu sa chose, soumise et coupable. Celui qui avait tous les défauts du monde…en parallèle, elle fréquentait ses ex, me trompait, infidèle et castratrice puis j’apprends qu’elle a avorté en cachette ! Deux années de souffrance s’en sont suivies où j’ai perdu mes économies, ma fierté et mon honneur ! Heureusement, l’une de ses anciennes victimes a recroisé son chemin, il a une petite fille et est marié…plus pour longtemps ! Pauvre Benoit..la PN t’a rattrapé !

  7. véronique
    20 décembre 2015 at 9 h 23 min

    Un grand merci pour ce précieux article. Je viens de me séparer d’un manipulateur. Et dès le lendemain, j’ai compris qu’il en était un. Votre texte ne fait que le,confirmer. Fuir est la seule solution. Et ne pas chercher à savoir si l’on a été aimée ou pas.

  8. Lara
    16 novembre 2015 at 16 h 14 min

    Bonjour,

    Moi je voulais savoir ce qu’on peut faire quand l’entourage proche se pose des questions et me pose des questions en me disant, « on ne comprend plus rien de ce qui se passe entre vous? ».

    J’ai appris il y a qlq mois de ça qu’en effet, j’étais bel et bien face à une manipulatrice et donc me suis documentée à ce sujet mais « mon mauvais caractère » m’a encore sauvé de bcp d’ennuis. Cette manipulatrice me fuit comme la peste car son emprise a failli fonctionner sauf que non mais nous sommes dans une relation familiale. Deux personnes ont remarqué que qlq chose n’allait pas et me posent des questions auxquelles je ne sais pas trop quoi dire car le problème c’est que cette manipulatrice m’a coupé de la famille et continue de retourner la situation à son avantage et raconte des dires que je n’ai jamais émi… Donc bcp de gens contre moi.

    Cela fait 6 ans que ça dure mais comme elle ne m’adresse plus la parole mais me regarde quand j’ai le dos tourné, continue ses simagrées auprès de la famille ( la pauvre comme vous le dites si bien) etc, que puis-je faire pour au moins garder le contact avec ces ces personnes la.J’ajoute aussi que elle évite d’aller chez ces gens là ( pourtant très proches).

    Comment expliquer cela à l’entourage sans que ça se retourne encore sur moi?

    Mille mercis.

  9. sylvie
    18 août 2015 at 16 h 54 min

    Un seul mot : »merci »!!!!!
    La vérité en plein face!!! Une grosse baffe évidemment.
    On peut avoir un caractère bien trempé, ne pas être naïve et pourtant se faire avoir par un PNM!
    Il n’y a pas un mot dans votre article qui ne me renvoie pas la vérité en face!

    • Fab
      7 septembre 2015 at 14 h 51 min

      Il y a cinq ans, mariée, deux enfants, j’ai découvert à 35 ans mon homosexualité en tombant amoureuse d’un femme PNM. Alors je vous laisse imaginer l’étendue des dégâts, et l’état dans lequel ma psychothérapeute m’a ramassée. Dépersonnalisation, destruction de l’estime de soi… Des articles sur le sujet, j’en ai lu et écumé à la pelle, mais rares sont ceux aussi bien faits et aussi complets que celui-ci. Et rédigé avec humour (très important, l’humour, pour arriver à sortir de cet engrenage). Depuis, il est plus facile de détecter ces personnes toxiques, dont l’haleine délétère ferait fuir un putois dans les égouts d’une taverne médiévale, mais une chose est sûre : les PNM sont légion ! Alors je ne saurais qu’être d’accord avec Isa : face à un PNM, si vous l’avez percé à jour : FUYEZ !

  10. isa
    12 août 2015 at 9 h 05 min

    Le mieux quand on est face à un PN c’est de fuir c’est une question de survie psychologique la fuite est difficile mais possible il faut tenir le non contact et l’indifférence sinon ça peut continuer des années comme ça. le seul moyen de se sortir de cette emprise est le non contact même si ils ont tous les trucs pour reprendre contact !Ils faut une sacré force pour s’en éloigner définitivement. Courage à celles qui sont en plein dedans

  11. Brice
    19 juillet 2015 at 23 h 37 min

    Bonsoir,

    J’ai 19 ans, et mon père est un pervers narcissique, un gros manipulateur qui considère les autres comme des objets.
    Le dialogue est impossible avec lui, il hurle pour imposer ses choix, avec lui c’est un rapport dominateur/dominé : « Je parle, tu las fermes ! ».
    Je vis avec mes parents en appartement, je ne peux donc pas éviter mon père.
    C’est une relation qui m’inspire un fort sentiment de malaise et de non-liberté, j’ai déjà échoué l’un de mes projets à cause de lui, car il m’étouffait trop et voulait que je sois l’objet de sa gloire.

    Comment puis-je m’en sortir ? Je ne vais jamais à lui, je ne communique jamais avec lui de mon plein gré.
    C’est toujours lui qui vient à moi.

    Comment faire ? Je suis vraiment perdue…

    Ce qui m’agace également beaucoup, c’est que j’ai un frère ainé condescendant qui ne voit rien et qui le suit comme un mouton.

    Comment s’en sortir quand la relation toxique est familiale ?

    Merci de votre aide !

  12. yohann
    19 mai 2015 at 12 h 08 min

    j’ai eu une relation avec ma voisine qui est une manipulatrice perverse et je me pose la question si elle va revenir me voir ou prendre contact avec moi le fait qu’elle a un nouvel homme et me zappe dehors dans la rue comme si je n’avait jamais exister

  13. Killikiss
    12 mai 2015 at 21 h 29 min

    Mais comment se debarrasse-t-on de quelqu’un comme ça? Sans dégâts?

  14. Quercy9113
    10 avril 2015 at 7 h 38 min

    Il ne faut pas croire qu’une et je suppose un manipulateur pervers s’arrête lorsqu’on réussit à le contrer. Elle en remet une couche en ajoutant un qualificatif désobligeant et mensonger en l’occurrence envers la personne ciblée par son besoin de domination.
    Je pense qu’elle ne s’arrêtera que lorsqu’elle aura été condamnée, car c’est ce qui l’attend même si nous avons fait preuve de mansuétude jusqu’à présent.
    Le Président d’une association anti-sectes (je croyais d’abord qu’elle utilisait leurs méthodes) que j’avais contacté lorsque je lui est décris la personne et sa réaction après qu’elle ait rendu une PARTIE des affaires en réalité, la qualifiait de gourou en puissance qui heureusement n’avait pas d’autres personnes dévouées sous sa coupe.
    Il y en a donc que le personnage est tellement ancré dans la personne qu’il est impossible de les ramener à la raison.

  15. Quercy9113
    26 mars 2015 at 21 h 33 min

    Nous essayons d’extraire notre fils d’avec une personne que je qualifierais pas PNM (je n’ai pas les diplômes nécessaires); mais tout du moins de double personnalité (la qualification donnée par un psychiatre).
    Il faut dire qu’il avait fait la moitié du chemin en la quittant. Mais il faut le soutenir car:
    - Avalanche de SMS (jusqu’à 130/jour) qui sont en sus en contradiction d’une minute à l’autre parfois. Certains réellement faits pour diminuer la victime (j’ai bien fait de me séparer d’une m—- comme toi).
    - Accusation de nous ses parents et particulièrement sa mère avec injures inqualifiables, alors que nous sommes pliés à ses désidératas pour la fréquence à les recevoir pour dîner. Dîners qui n’ont été émaillés d’aucun conflit, ni même réelles discussion. Nous ressentions cependant une certaine fébrilité à partir de sa part.
    - Avait fait une scène alors qu’en sortant de chez la dentiste ma femme avait rencontré son fils à la porte de son garage (ils s’étaient forcément donné rendez-vous d’après cette demoiselle).
    - Fait tous les efforts pour le récupérer mais en continuant à le traiter de tous les noms d’oiseaux lorsque la réponse n’est pas immédiate.
    - Et enfin met tous les difficultés pour un règlement amiable et dans la sérénité de la rupture dont elle s’était cependant targuée d’être à l’origine (je vous annonce que j’ai du me séparer _ _ _ ).
    Vous voyez mesdames que les hommes n’ont pas le monopole de ce genre de personnalité, quand elles s’y mettent elles savent mettre la dose dans la désorientation de l’autre.
    Pour notre part, mais n’ayant pas l’habitude de telles individues, nous nous demandons si parfois elle est dans son état normal quand elle sort des propos horribles, mensongers, contradictoires, agressifs, chantage.
    Un exemple parmi 3 du même genre: elle a adressée un SMS disant qu’elle allait se suicider, mon fils l’a transmis aux pompiers à 40km de son lieu de travail et a récolté en sus la réflexion: « tu me prends pour une folle », car bien entendu les pompiers se sont déplacés !
    Nous avons encore un long chemin à faire pour le soutenir, alors qu’il doit récupérer ses affaires restées chez elle!
    Mansuétude ou fermeté vis à vis de cette personne? quelle solution adopter ?
    Car dans le second cas c’est vol par rétention, injures envers notre fils et nous-mêmes et ce n’est pas cela qui changera son profil psychologique.

  16. STEFF
    14 mars 2015 at 18 h 38 min

    Bonjour,
    justement j’ai rencontré un homme que j’ai vu pendant 5 mois. Mais je ne sais pas si c est vraiment un pervers narcissique. On s’est rencontré sur un site: les messages étaient distants de part et d’autre. Il me plaisait pas vraiment. Il m’invite même à l’annif de sa fille alors qu il me connait pas!! bien sûr je n’y suis pas allé..Finalement on s’échange nos tel et il me « poursuit » par sms (tte la journée )pendant une semaine. On finit par se voir . Le lendemain, je lui avoue qu il me palit pas trop : sa réaction est agressive: il me répond qu’il va pas predre son temps et moi non plus!!moi qui m’attendais à un « dommage » ou dans ce goût là..Finalement on se revoit . Là il me parle de s’installer avec moi…puis au bout de 15 jours, il se rétracte, dis qu on va trop vite..puis pendant 5 mois , il souffle le chaud/le froid, un coup gentil, un coup méchant..puis ne fais plus d’efforts, fais des remarques déplacées, rabaissantes..mais je me défend et m’oppose à lui quand je suis pas d’accord..je lui demande de soritr plus..il le fais sans grans enthousiasme..je lui parle de faire un we, il est ok. On commence à prévoir les détails. Et 15 jours avant, il me plaque soi disant pour une amie de 10 ans??
    A t il compris que je me laisserais pas manipuler ou est ce juste un sale type??

  17. Ninie
    31 janvier 2015 at 10 h 32 min

    Je remarque que PNM retrouve rapidement qqun après la rupture. Alors qu’il ne sont pas forcément des canons de beauté … Ils ont des capacités de séduction hors norme. Et ils nous laissent complètement détruite. J’ai toujours été une femme qui ne pouvait pas rester seule plus de 3 mois et là depuis 7 mois je n’ai aucune envie de rencontrer qqun. J’ai perdu confiance en moi. Ces mecs là vous prennent tout.

    • véronique
      20 décembre 2015 at 9 h 27 min

      Non, ils ne vous prennent pas tout. Vous allez redémarrer,

  18. Flo
    30 décembre 2014 at 11 h 03 min

    Je suis moi même un pervers manipulateur, en lisant cette article donc mais je ne savais même pas que cette maladie existait et si c’est bien une maladie, mais le problème c’est que je suis comme ça depuis que je suis née donc une question ?

    Comment guérir de cette maladie si on est née avec ?

    C’est comme une seconde nature pour moi je ne le suis pas devenu , je l’ai toujours était , j’ai que 17 ans mais en lisant cet article je me rends compte de la gravité de la connerie des humains, mais ça c’est moi c’est mon personnage je suis né avec j’ai toujours était comme ça donc pour moi c’est mon caractère et pas une maladie psycho je ne sais quoi et quiconque pourra me guérir, c’est comme si je te disais de cèsser d’être toi même, de ne plus avoir ta personnalité.

    (Je me revois déjà à 3 ans dans la poussette en étant timide en essayant déjà de plaire aux gens et en ayant la crainte d’être mal perçu )

    C’est comme si je te disais d’arrêter à un handicaper d’en être un.
    C’est comme si je te disais d’arrêter à un violeur de violer
    C’est comme si je te disais d’arrêter à un pédophile d’être pédophile.
    Etc..

    Désola Nicolas pour ta femme, le seul conseil que je puisse te donner c’est de devenir un PNM , (vu que ça plaît au femme comme la tienne)Au pire là je suis gentil.

    PERSO: Être un PNM signifie d’avoir beaucoup de copine en même temps aussi, vu que cette maladie n’est pas connu et que l’on peux faire semblant de ne pas l’être. Don Juan à coté c’est Mimi Mathy.

    Être un PNM signifie être un éternel insatisfait, que tout ce que tu auras , tu voudras toujours plus , tu peux avoir n’importe quelle fille à tes pieds, tu voudras toujours plus toujours, plus et franchement c’est ça qui donne du punch je trouve à cette maladie c’est que l’homme n’est pas un simple domestique avec une gazelle et un enfant à ses cotés puis ça y est , l’homme veux plus que çe qu’il n’aura que ce soit d’un point physique,morale fin bref

    Je sais plus quel divinité grec se trouvait parfaitemment beau, que sa beauté en lui-même reflétait sur la rivière du Stynx, Bref il se suicida car il tomba amoureux de son propre reflet de lui-même, qu’il ne voulait épouser que lui même, il était satisfait de lui. (que je trouve laid comme un poux)

    Le fait au moins d’avoir cette maladie, permet de dire qu’on est tous humains et qu’on veut acquérir le sur-humain.
    Mais le fait d’essayer d’acquérir le sur-humain procure la sensation d’être sur-humain et de ne pas être un simple mortel de merde.
    Car on dépasse toutes les lois de la nature et que tous les gens sauront jamais ce qu’on était avant, (lol la première fois que je prend partie pour quelques chose.)

    Faire comprendre ça un psychologue, c’est comme traire une vache avec les pieds..

    Edit: J’ai trouver ce site car j’ai voulu rentrer une citation que j’ai inventer en « signature » sur un site, et j’ai voulu savoir l’auteur de cette citation , si elle existait bien

    Ma citation est « La voix de la raison est souvent néfaste et virulente mais au final toujours triompheuse »

    Lol, j’ai taper ça sur google et je tombe sur vous :D
    Juste pour dire qu’en faites ne vous en faites pas les PNM vont très bien que ce soit pour les plus jeunes comme pour les plus vieux et que nous on pique la femme des autres, donc petit coup de pub pour les PNM et pour dire que je n’ai aucun problème moi çava pour l’instant :)

    Dans la vie, soit un connard en étant un gentil PNM et tu recevras le centuple de ce que tu donnes. Voilà ce que le PNM mérites :)
    Donc les gars optez pour cette solution c’est le meilleur moyen de s’insérer dans cette vie :)

    D’ailleurs même les States commence à voir que ça cartonne avec un film se nommant « No Good Deed » avec le charismatique Idriss Elba, je trouve qu’il devrait y avoir plus de film comme ça :D

    Observez rapidement votre suspect : comment réagit-il à une prise de contact violente ?

    Moi je réagis assez bien donc impossible à me choppe, indétectable puis un ado PNM c’est rare je pense :)

    Aller , a plus et bonne chance les gars, (surtout les filles pour celles qui en ont à faire sans le savoir)

    Globalement pour en finir avec ça il y a certaines choses de vrai et quelques unes de fausses, mais pour moi :

    Le PNM est souvent quelqu’un …… et qui, à l’arrivée, obtient beaucoup de choses. Plus que vous, d’ailleurs.

    A +

    • Ci4ice
      24 janvier 2015 at 1 h 21 min

      En fait Flo, tu n’est tout simplement pas un PNM, t’est plutôt a diagnostiquer dans la catégorie pauv’type, Le PNM n’a aucunes conscience de ce qu’il est, il ne se remet jamais en question. Il ne profite que rarement, car il vit constamment dans le mal-être et la jalousie.
      Toi t’est juste un petit bouffon (qui fait rire.. je te l’accorde) mais
      t’inquiète pas, tu recevras le centuple de ce que tu donnes.. pas sure que tu kiffera quand tes neurones auront atteint l’age adulte ;)

      • Agnés
        26 janvier 2015 at 15 h 17 min

        Trop bon ! exacte !

    • abdeslam
      31 janvier 2015 at 11 h 11 min

      Flo à 17 ans tu es un enfant, les enfants sont tous pervers et narcissique. C’est l’expérience qui permet de différencier le bien du mal. Si tu arrives à l’âge adulte (avant de te faire flinguer) et que tu ne te modères pas en tenant compte de tes apprentissages,en effet tu seras un pervers à l’âge adulte. Les pervers ne sont pas heureux, fais toi aider avant que l’irréparable ne se produise. Faire l’apologie d’un dysfonctionnement relationnel qui fait autant de dégâts… C’est méchant et pervers mais tu n’es qu’un gosse et c’est pour cela que c’est excusable. Quand tu auras pris les baffes de la vie qui t’attendent, tu changeras ton point de vue …

    • Quercy9113
      27 mars 2015 at 11 h 28 min

      Je ne vais pas te dire que je ne comprends pas une telle attitude, c’est susceptible de te faire plaisir !
      Méfie toi tout de même, jusqu’à peu j’en avais presque pas entendu parlé, mais c’est à présent de plus en plus connu et ceux qui développent cette psychose ou la miment seront de plus en plus détectés.
      Et dans ces moments-là vous dites tant de choses que s’en devient répréhensibles.

  19. Nicolas
    17 novembre 2014 at 14 h 01 min

    Bonjour,
    Un PNM s’est introduit dans ma famille, alors que notre couple traversait une crise existentielle. Résultat : grâce à lui, dans un premier temps, la rupture est devenue définitive. Ensuite mon épouse a coupé les ponts avec ses parents. Ni ces derniers, ni nos enfants, ni moi-même ne la reconnaissons. Ce n’est plus la même personne. Par la suite, elle s’est conduite de telle manière avec moi, que j’ai dû fuir. Ayant de bonne notions en patière de PNM, j’ai pensé qu’elle souffrait de cette pathologie. Elle lisait des livres sur les PNM et je suis persuadé qu’elle a imaginé que j’en étais un. Ma psy m’a alors dit que dans un couple on était souvent le miroir de l’autre. Contrairement à moi, elle ne s’est jamais remise en question. Tout a toujours été de ma faute. Maintenant elle est en train de se couper de mes enfants en leur mentant à mon sujet. Elle en a même traité un de voleur. Elle me fait aussi des chantages aux enfants pour m’obliger à garder le contact avec elle. Son amant la manipule sans aucun doute et mes enfants pensent que c’est lui le voleur. Voilà ce qui arrive quand deux PNM se sont trouvés. Quant à moi je me protège et étonnamment, je suis plus heureux qu’avant, même si j’ai plus de soucis.

  20. wilhelm
    19 août 2014 at 15 h 30 min

    Coucou, vous :)

    Franchement, merci d’écrire sur le PNM sur ce ton, mon histoire est assez triste comme ça, ça allège un peu le sujet qui en soi est déjà du super-lourd.

    Merci encore. :)

  21. coralie
    17 juillet 2013 at 15 h 04 min

    J’ai vécu 40 ans avec un Pervers Narcissique. Nous nous sommes connus à 18 ans, je savais que son enfance avait été malheureuse, c’est pour cela que je me suis rapprochée de lui. J’ai tout accepté, me suis remise en cause, laissé ma carrière, me suis occupée des enfants, de la maison. Cela n’allait jamais, lorsque j’osais faire une heure supplémentaire j’avais la tête pendant 8 jours. Lui jamais dispo pour les enfants, ou les oubliant régulièrement, conclusion j’assumais car ne pouvais pas compter sur lui. J’ai fait mon propre tort, palliant à tout ce qu’il refusait de faire. Au bout de 40 ans, j’ai perdu mes parents, je le voyais jubiler de mes souffrances. Et là enfant j’ai dit stop en divorçant, ce qui m’a valu ses foudres, canalisation de la maison que je gardais cassée, portail démonté, huile de ma voiture retirée, rien qui ne se voyait au premier abord. Maintenant il me « punit » en enrolant nos enfants. Je suis restée tout ce tant pour son salaire, par peur de ne pas m’en sortir. Il a de suite retrouvé une femme de 23 ans de moins que lui. Ne faites pas comme moi, ne croyez pas qu’il changera, ou s’il change c’est pour mieux rebondir.

  22. nathalie
    23 mai 2013 at 10 h 46 min

    J’ai rencontré mon pn il y a 15 ans, jeune fille de bonne famille, bonne études j’avais toute la vie devant moi.
    Il a commence à me détruire petit à petit jusqu’a ce que je perde toute confiance en moi.
    Après notre divorce il me poursuit encore….

    Il me fait souffrir mais mon bonheur auprès d’un autre lui est insupportable.

    Je revois encore son sourire quand il me mettait en état de dépression complète.

    Comment l’ignorer nous avons un enfant ensemble que j’élève seule.

    Mais j’ai commencé l’indifférence et cela fonctionne très bien.

    Ce qui les rends fou?
    L’indifférence.

  23. Angelloween
    21 mai 2013 at 17 h 17 min

    Bonjour!!!!

    J’ai adoré cet article !!!! J’en ai lu des articles sur les manipulateurs options narcissique ou pervers, mais c’est bien la première fois que je ris face à une de leur de leur description. Franchement super bien écrit, cet touche d’humour grâce à la gravité de la situation c’est vraiment génial !!!!!
    Article bien détaillé , clair, j’ai compris bien plus clairement que dans d’autres articles, grand merci !!!

  24. témoind'uneépoque
    9 avril 2013 at 18 h 57 min

    Merci, merci, et merci!
    En lisant le commentaire de PNMetdesbrouettes, je me demande si ce n’est pas un des spécimen que j’ai croisé, tant il en a la limpidité de l’élocution.
    Deux de tes billets chère fauteusesdetrouble m’ont parlé, la fiche technique #2 et celui-ci. Alors tu vas te dire que le combo est gratiné, et tu ne seras pas loin de la vérité, mais après des mois de travail sur moi-même, pour ne pas dire de torture acharnée, à essayer de comprendre ce qui n’allait pas, ce qui faisait défaut, ce manque de confiance, cette insécurité permanente, les angoisses chroniques, et les larmes et les questions et les questions incessantes et l’effusion lacrymale, et le fatalisme tout en trouvant la force de couper avec un univers professionnel pervers et avec plusieurs hommes tout aussi pervers, ces deux billets arrivent comme une épiphanie: ce n’est pas de ma faute. Merci aussi aux commentaires qui disent: ne cherchez pas à comprendre, fuyez! parce qu’il n’y a rien d’autre à préconiser, enfin si on tient à la vie.
    Pas de bravade non plus (type « je serai plus forte que lui/elle/que ça », « je ne suis pas une victime et je vais le lui prouver », parce qu’on se le dit en général quand on est bien bas et qu’on s’est vu opposer ce genre d’argument alors qu’on résistait…), ça ne sert à rien, et on n’a plus rien à se prouver après avoir le tour de manège qu’on vient de faire en enfer.
    Mais c’est très difficile de le comprendre quand on est extraverti, sans pour autant être sûr de soi, et qu’on ne saisit pas tout à fait le fonctionnement de ce type d’individus et surtout si on part du postulat que si quelqu’un nous a couru après et disparaît; sans raison, du jour au lendemain, puis revient dans votre vie quand bon lui semble (pendant 10 ans par exemple en prétextant toujours un mal être, une raison incroyable ou mon préféré qu’il lui faut du temps…)sans jamais se soucier du mal qu’il fait, sans même jamais demander comment l’autre se sent ou peut bien se sentir, on ne peut pas le forcer. C’étaient de formidables conneries et là je comprends contre toute attente que dès que quelqu’un fait un coup pareil, on ne cherche pas de raison intelligibles parce qu’un comportement pareil dépasse la normalité et même la santé mentale.
    La question « le devient-on par hérédité » voire par contagion est intéressante et j’aimerais avoir ton point de vue sur la question. J’ai beaucoup trop pleuré, j’ai fini par me voir comme un vilain petit canard, crispé et qui ne sort plus de chez lui ou presque, alors je me demande si moi aussi je ne suis pas devenue une PNM parce que je ne supporte plus le désir des hommes, leur intelligence de circonstance, leur mièvrerie, ou leur simple rejet.

  25. escobar
    26 février 2013 at 18 h 49 min

    merci pour ces mails ,8 jours que ENFIN je comprends mon calvaire qui dure depuis 27 ans a present je sais ,j,ai survecu durant toutes ces annees et n,ayant ni argent ,ni sante ,ni travail ni amis ni famille et des animaux que j,adore ,non je ne vais pas partir a la rue et lui laisser le champs libre ,je l,ai deja fait et j,en est ete encore + rabaissée lors de nos retrouvailles car c,est là ,tellement demunie qu,il en profitais avec ses milles manipulations sadiques , karine

  26. ernestine
    31 janvier 2013 at 17 h 13 min

    Très belle description faite avec beaucoup d’humour!
    Je viens de me tirer des griffes d’un PNM, non sans mal après des années de lutte, ma chance a été que ce soit au travail et non dans ma vie personnelle, et d’avoir un entourage prévenant. Aujourd’hui vous me faites beaucoup rire, mais j’ai beaucoup pleuré auparavant !
    La meilleure solution, la fuite, le lâcher prise, tant pis si vous êtes au chômage, si vous divorcez, les difficultés à surmonter seront moins destructrices que de rester à coté d’une raclure de chiottes telle qu’un PNM.
    Bon courage pour tous ceux qui liront ce message et merci d’écrire un article avec autant d’humour, ça change des descriptions « cliniques » certes utiles mais un brin déprimantes…

  27. maryline
    13 janvier 2013 at 13 h 57 min

    suite à une émission avec S. DAVANT sur l’A2 et en lisant divers commentaires sur les PN je viens de comprendre pourquoi pendant tant d’années je n’arrivais pas à trouver une cause à mon mal Etre…En fait j’ai rencontré à cause de ma gentillesse naturelle et ma générosité énorme des personnes qui se sont servies de moi pour palier leurs insuffisances en me faisant croire que si rien n’allait ça venait de moi ! donc un manque de confiance en moi s’est installé, une perte d’autonomie . une lassitude..J’ai compris, j’ai rencontré des gens TOXIQUES qui m’ont détruites…je vais rebondir et ouvrir les yeux MERCI….MERCI….MERCI

  28. caroline
    10 juillet 2012 at 22 h 25 min

    Cette fiche du PNM est très vrai, croyez en mon expérience de 25 ans auprès d’un avorton de ce type ! Ce type de personnage uniquement axé sur lui-même ne fera pas le moindre geste pour vous sauf s’il sert son intérêt.
    Et en tant d’années de pratiques (50 ans) il est devenu un As de la cruauté . Il a tout fait et bien pire que ce que relate la fiche pour tuer mon âme. Et si j’avais pu crever quand je suis tombée très malade,qqs années en arrière, il en aurait joui!!!
    Il a fait de même avec nos enfants et ils se sentent si mal aujourd’hui, qu’ils me reprochent de ne pas m’être séparer de leur père plus tôt, de ne pas les avoir protéger !
    Encore une culpabilité de plus, car clairement ils m’en rendent coupables et en même temps, ils ne font pas l’effort de comprendre dans quel état d’avilissement j’étais avec leur père!
    Ca fait très mal et cette responsabilité là je n’en veux pas, alors nous nous disputons et chacun survit comme il peut à sa morosité. Ce pt être malveillant, ce PNM a même réussi insidieusement à armer les bras de nos enfants contre moi.
    Vous imaginez ma révolte !
    Le PNM est un pt avorton insignifiant qui cancérise toutes les jolies pommes et en reproche le pourrissement à sa victime.
    Je divorce et j’en ai vu de toutes les couleurs et je guette le bout du tunnel avec impatience.
    L’ignorance, la fuite, sans justification, sont des méthodes efficaces surtout si vous êtes au début d’une relation.
    Mon conseil « FOUTEZ LE CAMP SANS VOUS RETOURNEZ » et VITE. C’est urgent et ne réfléchissez pas ! On ne peut rien faire pour ces gens là, mais ils peuvent beaucoup nous détruire !
    Allez, écoutez moi, sortez la valise et surtout de REGRETTEZ RIEN, car avec un ou une PNM, c’est l’enfer qui vous attend!
    Bonne chance à vous !

  29. Fabienne
    27 mai 2012 at 16 h 50 min

    Je suppose que tous les enfants qui ont manqué d’attention, n’ont pas été assez regardés, ou mal regardés, ne deviennent pas pour autant pervers narcissiques….alors qu’est ce qui fait la différence ? Est ce que cela tient à l’extérieur, au monde autour ou à la personne concernée ?

    • Coco
      8 décembre 2012 at 8 h 44 min

      Commencer à se poser ce genre de questions, c’est déjà le début des ennuis, c’est être pris dans les filets de la question qui tourne en boucle comme un petit vélo dans la tête : MAIS POURQUOI ??!
      Ne pas chercher à comprendre, fuir, limiter les dégâts pour soi, pour les enfants sur lesquels il se rabat invariablement si son stratagème ne fonctionne plus avec vous…. sortir les griffes si besoin et hurler plus fort que le loup. Et pour répondre à Maude, cela ne se soigne pas pour la simple raison qu’ils ne consultent jamais. C’est l’entourage proche qui somatise, consulte et au final souffre. Le PNM est bien celui qui se porte le mieux dans l’histoire, malgré ce qu’il cherche à faire croire à tout le monde. Courage et parlez en à votre entourage si vous êtes pris au piège (résistez à l’idée de rompre les ponts avec les amis comme le PNM le souhaite)

  30. PNM 2999999999
    15 avril 2012 at 5 h 41 min

    Pervers/Saint?
    Narcissique/Altruiste?
    Manipulateur/Transparent?

  31. Maude
    19 janvier 2012 at 22 h 01 min

    Ces gens sont d’horribles personnages. Tristesse ! Je finis mon bac en psycho et je me demande sérieusement, pouvons-nous aider ces gens (juste en me posant cette question vous pouvez déduire que je les attires tous, ouais)? Si oui, de quelle façon ? Ils ont la plupart des blessures tellement profondes qu’ils ne sont même pas conscient d’avoir. Que faire contre ce genre de peste ? Parce que oui, ça se répand de façon dangereuse, horriblement dangereuse. On est pas assez informé ! Certaines personnes ne sont même pas conscientes d’être victimes de ce monstre gluant, de cette colle humaine ! J’adore ton post. Il faut parler de se problème et vite et partout et souvent.

    Bonne chance aux victimes de cet être insidieux et vicieux ! Vous valez beaucoup plus que ce qu’il vous laisse croire, n’en doutez jamais, Ô grand jamais !

  32. Mab
    18 décembre 2010 at 0 h 36 min

    En lisant ce portrait, je me rend que j’ai effectivement été « attaquée » par un PNM lorsque j’étais à la fac (je pensais qu’il était juste vraiment barré)

    Par contre, là où c’est plutôt drôle, c’est que son petit jeu s’est retourné contre lui :) Il a essayé de rentrer dans ma vie, quand j’ai posé des limites il m’a fait un soap pas possible (regard de chien battu, larmes discrètes pendant les cours…) Alors après il a essayé de recommencer avec d’autres filles de ma promo, et a presque réussi avec la dernière, qu’on a soutenu parce qu’elle savait plus quoi faire pour s’en débarrasser. Résultat ? On était 4 à faire front contre lui. Évidemment, il m’a traité de salope derrière mon dos, a certainement dû partir du principe que tout était de ma faute…Mais je crois qu’au final, il avait peur de moi. (et en 2ème année, il a voulu recommencer avec une fille de L1, et ça a failli très mal finir cette fois)

    Le plus beau ? Il est allé se confier à une fille de la classe qui était une vraie garce, lui ouvrant son petit cœur meurtri, espérant certainement qu’elle le plaindrait et irait dans son sens, et….elle a tout raconté à tout le monde. Résultat, plus personne dans la promo ne voulait le fréquenter (surtout qu’il se prenait pas pour de la merde -alors qu’il était con-, et qu’il avait une hygiène personnelle plus que douteuse)

    Bref, tout ça pour dire que le meilleur moyen de faire face à un PNM, c’est encore de faire front avec plusieurs personnes (on a plus de chance d’être cru comme ça) Enfin, c’est mon avis :)

    Merci pour cet article !

  33. annick, vendredi 11 novembre 2016
    11 novembre 2016 at 5 h 32 min

    Je pense en fréquenter un, nous ne vivons pas ensemble, il m’épuise, me tues a petit feu, j’en peux plus, j’arrive pas a me séparer car j’ai de très fort sentiments, je tombe en dépression, je souffre vraiment, c’est le diable, un moment un ange l’autre partie de lui un démon, merci de votre soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Fauteuses sur Hellocoton